Mais qu’est-ce que l’heure bleue ? L’heure bleue… Eric Rohmer y consacrera une des 4 aventures de Reinette et Mirabelle dans les années 80… « à la campagne, c’est l’heure la plus silencieuse car les animaux nocturnes sont rentrée et les diurnes ne sont pas encore sorties ! » L’heure de la lumière bleue qui va si bien avec les lumières jaunes qui illuminent les nuits de nos villes qui n’ont plus utilité d’éclairage sauf celui de s’accorder avec le bleu du levé du jour.

FabreExpo2.jpg FabreExpo1.jpg

L‘heure bleue… l’heure de sortie de Night club de Fabre le fêtard. L’heure à laquelle Dracula se dépêche de regagner son caveau. L’heure de la fin des excès. C’est une ambiance paisible que Jan Fabre va théâtraliser à l’excès par ces dessins puis des sculptures, des photos et des vidéos dans des ambiances de morts vivants. Pour, au final, en faire une des ses empreintes… comme Klein en son temps. Sauf que chez Fabre le Bleu n’est pas couleur mais forme… se rapprochant ainsi des monochromes de matière de Ryman. Et dans le musée pionnier de l’art de support surface, les grands Bleus de Fabre sonnent comme un hommage au musée d’art moderne de Saint Etienne.

Rêve éveillé, Fabre le taggeur, le grapheur, nous fait presque oublier le scandale de son intervention théâtrale au 55ième festival d’Avignon qui en vit de toutes les couleurs. Car Jan Fabre est un grand artiste en bleu aussi. Allez les verts !