Mirka Lugosi expose “L’Homme Invisible” comme une installation composée de photos, d'une cinquantaine de dessins, des peintures et de sculptures, et explore - avec des outils tels que le dessin, la gouache, les auto-portraits polaroïd, la peinture sur tirage photographique - l’univers d’un certain « auto-érotisme fantasmatique ». mirka-lugosi---confort-moderne-6.JPG En pénétrant cette exposition on trouve d’abord des dessins effectués à la mine de plomb avec une extrême finesse. Sur certains nous voyons l’image d'une femme iconique, Mirka Lugosi elle même, femme laissant libre court à ses pulsions érotiques. On peut y constater une approche ludique de la sensualité avec une certaine tendance obsessionnelle à vouloir représenter une fusion totale entre l'Humain et la bête. Mais pas d’homme réel ! L'homme ne serait-il pas alors cet animal si convoité dans tous ces dessins ? Le spectateur peut alors passer plusieurs minutes devant chacune des cinquante œuvres, du simple fait que le surréalisme qui en émane l’invite dans un univers à part. mirka-lugosi---confort-moderne-11.jpg mirka-lugosi---confort-moderne-13.jpg On peut alors penser à Frank Kortan, artiste qui exprime cette même incroyable folie imaginative, servie par la même magistrale et exceptionnelle technique. Ses toiles nous emmènent visiter des mondes, des lieux, des mélanges, des personnages, une magie que l’on ne se lasse pas d’admirer. C’est comme dans le travail de Mirka Lugosi : on a l'impression de redécouvrir à chaque fois une image différente dans la même, un détail, « le » détail, que l’on n’avait pas perçu la fois précédente, et ce bien au-delà d’une symbolique surréaliste. mirka-lugosi---confort-moderne-4.jpg

mirka-lugosi---confort-moderne-10.jpg En revanche, au fur et à mesure de notre visite dans cette exposition, le fait de rencontrer une suite d’objets personnels de l'artiste nous expulse de son univers artistique. C'est un peu comme si une réalité que l'on avait pas envie de retrouver s'imposait à nos yeux. En rapelant froidemant au visiteur son terne quotidien, Mirka nous détourne de son art et nous ramène brusquement à ce que nous connaissons déjà. mirka-lugosi---confort-moderne-8.jpg Aussi surprenant que ça soit, on trouve aussi dans cette exposition de dessins un univers photographique qui présente une mise en scène différente du corps de la femme. Photos présentées comme des vues de l’artiste, qui devient ainsi son propre modèle dans une face à face avec ses dessins techniques et minutieux. Pourquoi ? Peut être est-ce parce que Mika Lugosi a été modèle de charme pour le photographe Gilles Berquet ! Là, la subtilité qu'il pouvait y avoir dans ses créations graphiques ne se retrouve pas, ou mal. La mise en scène est toujours aussi présente mais le corps devient réel, présent, trop présent même face au spectateur, face à nous. La photographie propose alors une confrontation plus violente… plus dérangeante. mirka-lugosi---confort-moderne-9.JPG Pour finir, le mélange des supports n'amène rien de plus à cette exposition. Si ce n'est le fait de ne pas nous laisser, nous spectateurs, le temps du recul face à une image interrogative, parfois déstabilisante… face à un imaginaire subtilement construit. Floriane Musseau