Car entre dessins, sculptures, bas reliefs et objets, Lucien fait exploser les corps, fragmente et détaille, assemble et combine dans une politique du détail, où le fusain, l’aluminium, le laiton, la porcelaine, le bois, la céramique, l’émail participent à ce démembrement. Ici des Oreilles ou des Pieds, là des Bouches ou des Mains, par là un étale de morceaux de corps d’hommes et de femmes ou d’enfants, de jeunes, de vieux. Représentations utilisant tous les médium et navigant de l’hyperréalisme à l’abstrait, du Pop Art à l’Arte Povera, du plat au volume, avec cette constante, celle du foisonnement. Un morcellement qui fonctionne comme l’alphabet d’une observation minutieuse de l’artiste, et où chaque assemblage propose un cri de l’artiste à ses contemporains. OLYMPUS DIGITAL CAMERA OLYMPUS DIGITAL CAMERA OLYMPUS DIGITAL CAMERA OLYMPUS DIGITAL CAMERA Ainsi la bouche émaillée dorée (très Pop) intitulée « sans titre », et la « ligne muette » de bouches qui proposent une très belle vague muette réalisée avec le musée de la Porcelaine de Sèvre, de Lucien parlent avec les têtes sculptées de Zadkin. Les « céramiques dégourdies », vases dont les anses sont des oreilles imaginées par Frédérique se confrontent aux totems d’Ossip. Et ainsi de suite … au grés des surprenants point de rencontres imaginés par Frédérique Lucien dans ce musée hors du commun. OLYMPUS DIGITAL CAMERA OLYMPUS DIGITAL CAMERA Car si années après années ce lieu magique tout près du Luxembourg propose à de multiple artistes de visiter l’œuvre d’Ossip Zadkin, l’incursion de Frédérique Lucien dans le monde de Zadkin, fait exploser l’œuvre de cette franc-contoise qui en passant un été avec le sculpteur russe nous a proposé de vivre un bien étrange voyage dans la sculpture contemporaine française. OLYMPUS DIGITAL CAMERA