Cet ancien des arts déco a vendu comme œuvre d’art ce « profile » Marcel Duchamp. Et je l’ai acheté. C’était lors de futur en scène. Et tout c’est fait par SMS. Lui à Poitiers et moi au 104, à la conférence Digitalarti/DrouotMontaigne sur la marché de l’art numérique au moment où sur scène chacun enfonçait des portes ouvertes sans déterminer pourquoi l’art numérique rendait les collectionneurs si timorés. 267205_10150235469474544_538654543_7194542_7000569_n-1.jpg267721_10150235655209544_538654543_7196847_7092360_n-1.jpg Cheneseau à créé un profil Marcel Duchamp sur Facebook afin de se connecter à toutes les pages relatant Duchamp et son (déjà) avatar Rrose Sélavy. Ce profil devient alors une "décharge" de "l’identité numérique de Duchamp" et pour Thomas Cheneseau : la preuve vivante de l’existence de Duchamp chez ses contemporains. L’accès en étant fermé grâce aux paramètres de confidentialité de Facebook l'artiste en a réservé l’accès et seul le contenu est accessible au collectionneur. Seul et unique propriétaire qui a seul l’honneur de cette « décharge ». 268735_10150225916654544_538654543_7192815_863317_n-1.jpg267890_10150224096129544_538654543_7178065_2461744_n.jpg268735_10150225916654544_538654543_7192815_863317_n-1.jpg Alors à la question est : qu’est-ce que j’ai acheté à travers ce contrat d’achat de cette oeuvre à la fois si virtuelle et si réelle ? Les codes de connections sur Facebook peut-être… et peut-être une complicité avec Marcel ! Pourtant ce qui m’a intéressé dans ce geste, c’est d’acquérir un ready made du troisième type (celui de l’au-delà !!!) et plus certainement l'idée de rendre hommage au fameux "urinoir" de Duchamp. Car, si je participe à quelques réseaux sociaux, si j’ai été le commissaires de grandes rétrospectives d’artistes qui travaillent avec les technologies nouvelles et futuristes, je ne suis jamais allé sur Facebook… Mon nom me le permettrait-il ? Et à travers tous les fantasmes colportés sur les perversions de Facebook, celui nauséabond « d’urinoir du web » est certainement le plus prégnant. il était donc juste que cette page Facebook devienne cet urinoir su web, cette œuvre si simple et si belle.

Reste à démontrer que cet objet du quotidien est une œuvre d'art !

Jean Jacques Gay