Mais parlons d’abord du Dump. Chaque jour, où et quand il le peut, l’artiste y jette des concepts et des idées d’œuvres qu’il n’a pas le temps de réaliser, ou, qu’il ne veut pas faire. Projets qu’il livre à la volonté artistique du monde entier. N’importe quel player peut ainsi s’approprier un idée d’œuvre de Moben, et la réaliser. Ainsi, en 2009 à Gdansk (Pologne) Benayoun fut convié au vernissage d’une exposition où 7 jeunes artistes de différents pays étaient invites à réaliser une œuvre à partir des projets du Dump. Chacun s’était approprié un des post de Maurice Benayoun pour en faire une pièce. Ce fut les instances de Gdansk. Tout à coup, l’artiste pénétrait une exposition de ses idées… mises en œuvre par d’autres créateurs ! titrismeCibles.jpgBlindLoveReady.jpg Et là surgit l’Open art selon Moben. “Open”, car ouvert à tous, comme ses mondes virtuels. “Open”, car comme il le dit lui même : j’aime l’idée que je pouvait être inspire en retour par les illustrations résultant des projets inspires par les miens et en définir ainsi de nouveau. Et il ajoute Il s’agirait d’un projet qui ne finirait jamais… De la signature Moben à Open, de l’art à Benayoun, il n’y a qu’un pas que Maurice trace entre virtuel et factuel, entre l’image vivante et son regardeur-acteur, donnant des vies à la première et une mécanique au second. dieuestilplat5296.jpg Depuis près de 30 ans Benayoun guide nos rencontres avec l’image (on peut même dire “l’icône”) grâce à des œuvres qui anticipent le face à face que construit notre société écranique. Par des films, des installations, des concepts, Benayoun nous immerge dans son monde à travers la redéfinition d’un art de son temps, un art numérique (non !), un art physique (non !), un art de l’image (non !), un art du temps (non !), un art de l’espace (non !) car Maurice trace un art du virtuel qui a tout du factuel, qui est un art total ou plus simplement un Open Art, propre à faire de nous une part entière de l’ œuvre. AppartTemoinEnghien.jpg Benayoun est un artiste et Moben son emblème, pseudo, pris tout d’abord comme une signature au détours d’un blog, d’un site, d’un réseau social, puis une marque de fabrique, celle du Dump. D’ailleurs en home du Dump la question est posée : Qui est Moben ? Dessins.jpg Comme le prouve l’exposition de Centre d’Art d’Enghein les bains Out Of the DUMP, depuis plus de 4 ans le travail de Benayoun est sous tendu par The Dump.Net. Le Dump cette décharge, où l’artiste écrit de courts texes souvent accompagnés d’images. Ces textes explicitent des concepts qui lui traversent l’esprit et qu’il explique de façon à ce que d’autres se les approprient et leur donne la réalité que Moben a su esquisser dans l’univers virtuel du concept… et du web. Aujourd’hui parraît aussi the Dump. Edition papier du Dump.net, dont le sous-titre dit bien ce que l’on attend : unmade projects to recycle. dumpbytehmetreblrm5163.jpg Déjà en 2008 lors de la rétrospective Benayoun intitulée Des Grandes Questions à la Décharge, exposition organisée à l’EESI de Poitiers et dont j’ai assuré le commissariat, certain de mes étudiants comme moi-même avons expérimenté (en tant que “players”) certaines des pièces du Dump de Moben (Blind Love Ready made, Dump By Metre). Maurice me racontait aussi sa surprise lorsqu’à Gdansk il se retrouva dans une immense friche où toutes les œuvres étaient les siennes mais “jouées” par d’autres. Certaines de ces pieces sont exposées à Enghien et sont le cœur de cette réexposition de “nouvelles instances” (car chaque fois qu’un des concept du Dump est joué, ça devient une nouvelle instance) du Dump. affichePoitiers.jpgaffichequarxs.JPG

Mais revenons aux débuts de Benayoun. Lorsqu’il imaginait avec Schuiten et Peeters le monde invisible des Quarxs. C’était unes des premières série toute en 3D (avant les Fables Géométriques de Fantôme animation) et peut-être juste après La vie des bêtes (de Mac Guff Line). Les Quarxs est une série pionnière, car Benayoun est un chercheur. Que ça soit au sein de ZA production (où la 3D, le jeu et la scénographie était le credo) ou à la tête pensante du CITU (laboratoire des universités de P8/P4), en collaboration avec le RAN, Cap Digital… Benayoun a toujours été porteur d’idées nouvelles. Artiste avec trois fers au feu, travaillant sur de multiples chantiers, Moben est à la pointe de la R&D informatique et coopére avec les musées les plus exigeants, comme le ZKM (Autriche) ou le San Francisco Art Institut (aux USA). Depuis 6 ans il a aussi imaginé un concept de création connectée Pear to Pear (in/out) intitulée The Art Colliders, work in progress qu’il développe avec succès et avec de nombreux artistes.

spatioQuarxs.JPG lesquarxsDessins.jpg Succès d’estime, succès institutionel, Moben veut plus. Il veut toucher le public qu’il “amuse depuis 30 ans”, le toucher avec du commercial comme avec le parfum White Cube par exemple. WhiteCubFloue.jpg Ce véritable parfum d’exposition, huile essentielle d’art contemporain, idée sortie du Dump et que Moben va commercialiser dès la fin de l’expo d’Enghien. Mais c’est peut-être le Dump qui met le mieux en place la commercialisation des concepts de multiples : comme Le Dump au mètre, l’Art Total ou l’appartement témoin. Pourquoi ne pas commercialiser ces concepts, les vendre comme des œuvres à part entière ??? dildoCoffret16d2s.jpg Lorsque Benayoun tenta de réaliser des images photographiques de sa commande publique (Still Moving) pour en faire des multiple, tout ça restait de la décoration, cantonnant là un art de très grande dextérité au simple rang d’objet techno-esthétique … frozenfeelinngsPoitiers.jpgCouloir_Expo.jpg Aujourd’hui les nouvelles technologies ne sont plus à notre porte, mais accompagnent chaque seconde de notre quotidien. A l’heure où les réseaux sociaux nous montrent une nouvelle religion du paraitre et du plus être, on a jamais eu plus besoin de Moben et de tous les artistes chercheurs de l’interactivité et des nouvelles technologies. Alors, si vous cherchez à acquérir une œuvre de Benayoun, penchez vous sur le Dump, fouillez le… trouvez votre voix, votre concept… Puis suivez les instructions et construisez vous un Benayoun chez vous, pour vous!… Et vous verrez que l’art de Moben est un véritable exercice philosophique. Il ne propose pas des ready made, mais surfe sur Duchamp. Il ne prône pas le fameux “quart d’heure de célébrité”, mais poursuit le geste de Warhol. Il ne vous permettra pas de devenir un artiste l’espace d’un instant (ça serait un mensonge) mais si vous entrez dans le Dump vous aurez l’occasion de vous immerger dans l’esprit d’une chercheur, d’un penseur d’aujourd’hui et cet exercice seul peut vous amener à voir ce que nous n’avons pas vu… alors, concept après concepts, exercices après expériences, si le jeu vous en dit, vous deviendrez adepte, et addict, collectionneur de l’ œuvre de Moben, collectionneur d’art contemporain, témoin (et acteur) des grandes mutations de votre époque. Terre.jpg