20h00 - tout le monde est là, le public s’installe, les cameramen sont sur les dents, l’équipe médicale de premiers secours se met en place. Marion attend, assise sur un lit d’infirmerie. Un petit film montre la prise de sang de Vince (c’est le cheval) puis le traitement de ce sang en laboratoire (en Suisse) pour le rendre compatible à l’homme. Et puis, en blouse blanche, Benoit se lance… inocule l’animal à Marion. AOO3.jpgOLYMPUS DIGITAL CAMERA Marion s’étend, le cheval entre en piste. A0.jpgOLYMPUS DIGITAL CAMERA Un second film en stop motion décrit le parcours chimique dans le corps de Marion (ou écrit sur le corps de Marion). Puis 15/20 minutes après l'injection du sérum chevalin la performeuse se lève. Benoit l’assiste dans la mise en place des prothèses échasses à sabots qui vont lui permettre une rencontre avec le cheval. Accompagnée de Benoit, Marion sur ses échasses s’avance face à l’animal et la confrontation agite performeuse et cheval dans un silence religieux. AOO1.jpg Poitou-Charentes, 10 mars 2011, 18h30 – dans les espaces de Rurart, l’exposition d’Art Orienté Objet est prête. Arnaud Stines et ses assistants prennent les dimensions des œuvres et installent les derniers cartels. Les artistes répondent aux questions des curieux. L’exposition est ouverte. Une exposition dont la (les) pièce(s) maitresse(s) est Que le Cheval Vive en Moi. Une exposition qui regroupe aussi un ensemble de pièces qui tracent une genèse de cette dernière performance dont les « restes » s’exposent comme autant de reliques, comme autant de vecteurs, témoins clés et acteurs de performances. D’abord, bien sur il y a la trace vidéographique de cette performance. Ensuite après une immersion dans la nuit slovène d’une rencontre inédite entre l’homme et l’animal, entre le cheval Vince et l’artiste Marion Laval-Jeantet, nous pouvons revenir vers les photos, images arrêtée de cette rencontre. Dans la vidéo on a pu voir l’artiste se déchausser, s’étendre, un infirmier lui sous-tirer quelques tubes de sang. De ce sang mi animal mi humain, de ce sang très spécial que benoit va religieusement congeler à l’azote liquide puis lyophiliser pour ensuite le réduire en une fine poudre. Au sortir de cette salle de projection vidéo on va d’ailleurs trouver un groupe de reliquaires gravés d’une signalétique biochimique contenant chacun le sang performatif soutiré à Marion et traité par Benoit en fin de performance. Et la boucle est bouclée. OLYMPUS DIGITAL CAMERA En regard de ces multiples sont exposés les bocaux de cultures de peaux tatouées d’animaux mythiques des tatoueurs (serpents, araignées et autre monstres, travail initiatique effectuées dans des laboratoires au USA en 1996. Bien sur la grande salle d'exposition est habitée des images photographiques grand format de la rencontre de Vince et Marion. Mais aussi par celle de Benoit et les cerfs, et d'AOo avec les girafes et les moutons. Celle de Marion et ses chats. Et bien sur les objets, instruments chamaniques, prothèses qui ont permis à AOo de s’animaliser. Casque de moto surmonté de bois de cerfs dont s’est travesti Benoit pour entrer dans le cercle des cervidés. Pattes Griffues et longue queue dont s’est affublée Marion pour communiquer avec ses chats. Et bien sur les échasses à sabots articulées qui ont permis à Marion de se hisser à la hauteur de sa vince et de vivre cette expérience de centaure intérieur OLYMPUS DIGITAL CAMERA . OLYMPUS DIGITAL CAMERA OLYMPUS DIGITAL CAMERA Car si, depuis 20 ans, les expériences de rencontres animales d’AOo sont multiples (laine de Dolly, plumes de Grippe Aviaire, animaux écrasés, bêtes hybrides, peaux de Porc, fauves, etc…), c’est la première fois que cette rencontre est biologique. C’est la première fois que l’animal vit en un de ses deux artistes qui, elle l’affirme depuis l’expérience qui a durée en elle plus de 48h : "avoir été secouée par un instinct animal de force et de timidité propre au Cheval" car marion est certaine que pendant un certain temps dit-elle : « je n’ai pas été primate ! ». AOOperfprotheses.jpgOLYMPUS DIGITAL CAMERA

Bien sur des initiations chamaniques africaines IBOGA les ont auparavant immergés l’un comme l’autre vers des mondes parallèles, et notamment à la rencontre de leur animal totem (qui doit rester secret). Mais curieusement cette idée de transfusion équine est venue à Marion il y a déjà quelques années. En 2004 c'est dans une conférence que l'idée que l'animal ne peut vivre sur terre que si l'homme en a une usage, elle a imaginée cette rencontre sanguine avec un animal en voix de disparition qui vivrait en elle. Le panda lui semblait l'animal idéal. Le Panda ne vit que par la volonté de l'homme. Mais tous les Zoo du monde ont refusés et les artistes se sont tournés vers le cheval et ses mythes d’hommes-cheval. Et c’est ainsi que cette performance a pris corps en même temps que l’exposition de Rurart La Part Animal. OLYMPUS DIGITAL CAMERA Mais, on l’a compris, l’œuvre, la pièce maitresse de cette exposition, ce soir de vernissage reste Marion Laval-Jeantet. Car la performance intérieure qu’elle a vécu au plus profond d’elle-même est loin de avoir été livrée. Cette chimie intérieure reste pour nous un mystère. Et c’est certainement ce mystère qui nous fascine, ce mystère qui vit en nous, comme le cheval dans le corps de Marion.