Cette rétrospective Soulages a un mérite, même si le noir est omniprésent, c'est d'être lumineuse, lumineuse de talent, lumineuse de curiosité et de tentatives d'absolu. Bien sur de ces toiles à la Hantaï des années 40 à ces tentative à la Michaux des années 70 en passant par du Pollock des années 60, les tentatives de Soulages pour remplir la feuille (la toile) blanche sont admirable. Ca relève de l'obsession, d'une peur maladive du blanc ! Enfin les années 80 l'amène au pinacle. Le noir est là et tout va se jouer dans la matière même de ce noir. C'est le noir qui va donner l'image, ambiance changeante selon l'éclairage qui l'illumine, il nous raconte des choses différentes.  La peinture de Soulages est certainement celle qui discute le plus avec la lumière. Chaque éclairage donne un nouveau jour à la même toile et raconte une nouvelle histoire au spectateur, à croire que ce noir lit en nous… Reflète notre âme et notre avenir ! A croire que le noir Soulages !   Cerise sur la gâteau cette grande exposition culturelle est sponsorisée par Nespresso ! on rêve !!?