Mais revenons aux photographes, deux hommes jamais vraiment prédestinées à la photographie, le premier amoureux de la musique et le second (de 15 ans son cadet) passionné de grands fauves. Aujourd’hui il en ressort : d’un côté des photos noirs et blanc de sable d’eau, de cadavres d’animaux et de courbes féminines avec en toile de fond la lumière du sud des images d’un Clergue au sommet de la photographie académique. De l’autre des grandes images couleurs (à la limite de l’abstraction) et un film HD pour un Arthus Bertrand au summum de sa popularité avec son Home où on le voit surfer sur les grands argentiers (PPR) et les grands Média (télévision / DVD / Cinéma). YAB1.jpg YAB2.jpg Bon alors pourquoi ce le titre académique, car même si le pari est osé et le résultat concluant, la rencontre est on ne peu plus ratée. Jamais Clergue ne rencontre Arthus Bertrand et vis versa. Chacun est dans son monde, heureux d’y être et d’y rester. Malgré tout ce voyage dans l’art photographique du grain de sable (Clergue) au grain photographique et du Paris vu du ciel (Arthus Bertrand) à l’abstraction photographique est intéressant à plus d’un titre qu’il vous suffira de trouver à travers cette grande promenade au cœur d’un des plus beaux musées de Paris. Mais dépêchez vous c’est bientôt la fin du rêve…