Dans la frénésie des biennales d’art contemporain qui fleurissent autour du monde. Au moment où va s’achever la biennale de Venise : Quel est l’enjeu pour un commissaire d’une biennale de plus ? A cette question sans nul doute banale, celui qui entre Paris et San Francisco enchaîne les biennales (Istanbul, Tirana, Shanghai, sans parler des pavillons Chinois de Venise et de ses prestations parisiennes au Grand Palais où lors des Nuits Blanches) répondit : qu’il s’agit « chaque fois de dresser une cartographies des nouvelles pratiques et concepts qui mènent le monde artistique… » A nous donc de constater cet état des lieux à travers le gigantesque chantier que cette dixième biennale mène dans la capitale des gaules. X2biennale.jpg A travers une soixantaine d’artistes présentés à Lyon (il y a peu de noms connus du grand public : Jimmy Durham, Sarkis, Agnès Varda, sont bien seuls) il nous tarde d’aller à la rencontre de ces nouvelles têtes du paysage de la création mondiale. Des noms où fleurissent beaucoup d’asiatiques et des jeunes artistes du monde entier pour une biennale qui reflète un vrai paysage planétaire. Xbiennale.jpg « Etre artiste c’est avoir un compte à régler avec la société ! » disait il n ‘y a pas si longtemps Annette Messager… nous espérons donc que cette Dixième Biennale de Lyon nous donnera un avant goût des prochains règlements de compte artistiques avec lesquels notre société malade de sa mondialisation devra compter.