Précurseur de la « valeur esprit » tel un concept offrant à la peinture une profondeur inédite, au-delà des évidences pour atteindre la complexité de l’être humain. Kandinsky est bien plus que l’inventeur de l’abstraction, il trace un chemin de poésie qui n’exige rien hormis la contemplation et le désir d’être saisi à son tour par l’audace de ne rien figer. De tout son temps l’artiste aura parcouru les péripéties historiques sans déroger à ses engagements éthiques et philosophiques pour un art qui rompt avec les valeurs conventionnelles du passé. Se confronter à la peinture vivante de Wassily Kandinsky, dont les idées avant-gardistes seront paradoxalement reprises et prolongées par des artistes figuratifs tels Magritte ou Balthus dans leur « peinture fantasmatique » en tant que force indicible et invisible, c’est affleurer un univers d’émotions et d’intelligence offert à ceux qui cherchent davantage qu’une falsification d’authenticité.

Kandinsky le « charlatan », le « fou incurable » des conservateurs de son époque, était de ces actionnistes dont on aimerait que la « brève folie » gagne et ravive aujourd’hui encore l’inquiétude nécessaire à changer le cours des choses. A.G