De cette biennale du design, je retiendrais principalement, deux sites. Celui de Fabrique 5000 et celui du Musée de la Mine ; autrement dit deux expositions, Cohabitations, un parti pris de Matali Crasset et It Depends Between… Art and Design, curaté par Lóránd Hegyi et Marc Partouche. L’enjeu de la première se situait autour de l’habitation et des "limites du design avec une invitation à les dépasser"1, celui de la seconde était de "troubler les repères, de produire des glissements, des indéterminations"2 entre art et design.
En visitant l’exposition It Depends Between… Art and Design, le doute m’a envahi. L’adéquation entre ce que l’on a voulu nous dire et ce que l’on nous a montré, ou plutôt ce qu’on a voulu faire dire aux pièces présentées, manquait de pertinence. On y retrouvait entre autres Pierre Huyghe et Philippe Parreno, Pedro Cabrita Reis, Berdaguer & Péjus, une majorité d’œuvres sélectionnées pour leurs similitudes formelles avec des produits manufacturés. Certes, à travers leurs formes, ces pièces faisaient références aux objets design, mais non à ce « qu’est le design ». La similitude se situait sur la première strate de la définition du design, celle galvaudée et fourre-tout qui nous fait dire que tel objet est design ou non. Mais s’arrêter sur une comparaison formelle c’est réduire le design à une histoire de formes d’objets, alors que c’est aussi largement une mise en forme des rapports humains à travers l’objet. En ce sens nous étions loin des indéterminations et du trouble annoncé. Matali Crasset, à travers son approche a su créer un no man’s land, un dépassement, là où ses deux confrères du Musée de la Mine se sont arrêtés à la frontière. En explorant l’habitation et en jouant les limites du design, elle tisse des liens vers des préoccupations parfois proches du champ de l’art contemporain, notamment vers tous ces artistes dont le travail est centré sur les rapports humains et leurs espaces de développements à travers le lieu ou l’objet. Peut-être la limite se situait-elle entre penser un objet ou un lieu de manière fonctionnelle, et penser la fonctionnalité à travers un lieu ou un objet. Même si elles étaient parfois timides et mal assumées du côté de leurs auteurs, des ouvertures se sont créées et le doute a pu s’installer, c’est en cela que les choix de Matali Crasset ont été faits avec justesse. L’exposition est restée accessible, elle nous a amené à voir un autre pan du design et surtout elle nous a laissé douter sur ce qu’est le design.

Florian Houssais

bdd2006.jpg

1 & 2 cf brochure de la biennale