la revue // l'art revu

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

vendredi 4 mai 2012

Samuel Bianchini, Sculpteur d’usages et d’images

Opération Opération Jusqu’au 12 mai 2012, Ilian Engel Gallery, 77, rue des Archives 75003 BianchDAutantL.jpg Opération Opération joue à la fois sur le temps du geste de ses visiteurs-acteurs et le mouvement des images numériques mis en scène par l’artiste. Cette exposition de Samuel Bianchini au cœur du Marais (on se rappelle il y a si longtemps une précédentes exposition avec la défunte galerie Numéris Causa) présente 3 pièces historique de la jeune œuvre de Bianchini relookées pour l’occasion.

A l’œuvre depuis une quinzaine d’années Samuel Bianchini interroge dès ses débuts notre face à face contemporain avec les images. L’interaction, le jeu, l’installation et le tactile apparaissent très tôt dans ses différentes pièces. Enseignant chercheur dans des Écoles d’Art réputées (Nancy, ENSAD) et à l’Université, membre de laboratoires innovants (CITU – Université de Paris 8, Calhiste – Université de Valenciennes) Bianchini fait partie de cette nouvelle génération d’artistes qui déculpabilisent la théorie de leur pratique plastique à travers un travail collaboratif et inventif, une recherche universitaire et technologique, et de multiples parutions.

Lire la suite...

samedi 18 février 2012

Bianchini sur le Qui Vive !

Qui-vive Galerie Art & Essai Campus de l’Université de Rennes 2 Janvier Février 2012.

Artiste-chercheur français Samuel Bianchini poursuit ses expériences de spectateur à l’œuvre. Avec une curiosité des technologies et de l’esthétique relationnelle toujours plus grande il explore et interpelle nos sens.

En exposant à Rennes le résultat surprenant d’une originale collaboration avec deux départements Universitaires bretons, Bianchini surprend et façonne une œuvre sculpturale et vivante des plus intrigantes : Qui-vive. qui-vivePlanG.jpg qui-viveMov.jpg Car, si l’image, la projection et la confrontation active du spectateur à l’œuvre est une constante chez Bianchini, Qui-vive, arrive comme un ovni.

Lire la suite...

jeudi 12 janvier 2012

Fantasmes

Regards Croisés__ est une catégorie qui regroupe les points de vues critiques de différents rédacteurs sur une exposition précise. Aujourd'hui il s'agit de voir l'Homme Invisible de Mirka Lugosi exposition présentée jusqu'au 13 janvier au Confort Moderne de Poitiers par l’œil de Camille, Florianne, Juan et Valentin, 4 étudiants en second cycles de l'Ecole Européenne Supérieure de l'Image de Poitiers. l'homme invisible vu par Camille Bourrier.__ mirka-lugosi---confort-moderne-1.JPG

Lire la suite...

l'homme sans qualit …

Regards Croisé__ est une catégorie qui regroupe les points de vues critiques de différents rédacteurs sur une exposition précise. Aujourd'hui il s'agit de voir l'Homme Invisible de Mirka Lugosi exposition présentée jusqu'au 13 janvier au Confort Moderne de Poitiers par l’œil de Camille, Florianne, Juan et Valentin, 4 étudiants en second cycles de l'Ecole Européenne Supérieure de l'Image de Poitiers. l'homme invisible vu par Valentin Thiebaut.__ mirka-lugosi---confort-moderne-1.JPG

Lire la suite...

La Paratendrese de Mirka Lugosi

Regards Croisés__ est une catégorie qui regroupe les points de vues critiques de différents rédacteurs sur une exposition précise. Aujourd'hui il s'agit de voir l'Homme Invisible de Mirka Lugosi exposition présentée jusqu'au 13 janvier au Confort Moderne de Poitiers par l’œil de Camille, Florianne, Juan et Valentin, 4 étudiants en second cycles de l'Ecole Européenne Supérieure de l'Image de Poitiers. l'homme invisible vu par Juan David La Rota.__ La Paratendrese de Mirka Lugosi à la rencontre de la divinité, où para = auprès de, à côté de mirka-lugosi---confort-moderne-1.JPG

Lire la suite...

L'Homme invisible , l'homme animal ?

Regards Croisés__ est une catégorie qui regroupe les points de vues critiques de différents rédacteurs sur une exposition précise. Aujourd'hui il s'agit de voir l'Homme Invisible de Mirka Lugosi exposition présentée jusqu'au 13 janvier au Confort Moderne de Poitiers par l’œil de Camille, Florianne, Juan et Valentin, 4 étudiants en second cycles de l'Ecole Européenne Supérieure de l'Image de Poitiers. l'homme invisible vu par Floriane Musseau.__ mirka-lugosi---confort-moderne-1.JPG

Lire la suite...

Kersalé hors site !

Yann Kersalé - Sept Fois Plus à l’Ouest - Espace Fondation EDF Paris 75006 jusqu’au 4 mars 2012. http://fondation.edf.com

Yann Kersalé est breton, Yann Kersalé est artiste, Yann Kersalé est architecte, Yann Kersalé sculpte la nuit. Avec Cette exposition Yann Kersalé revient en tant que vidéaste sur les trace de 7 installations qui ont illuminées 7 sites Bretons l'été dernier. 7 œuvres pour une seule expositions, 7 architectures de lumières qu'il a filmé et remis en situation dans l'espace d'exposition de la fondation EDF. Kersalé et EDF c'est une longue complicité, plusieurs expositions, et des projets qui jalonnent le dernières décennies. Le complice de tous les architectes internationaux qui comptent s'affranchit aujourd'hui de ces mentors et apparait comme un créateur confirmé, comme un artiste qui maitrise complètement une œuvre de nuit et de lumière. un oauvre qui fait appel aux 5 éléments et rend hommage à sa Bretagne. Du Radome de hjhj au Alignements de Karnak, des rochers de jkjk aux maison de hjhj, du phare de jjhjh au sillon de hjhjh. Kersalé éclaire SA Bretagne et nous en rends à Paris la magie des lieux. KERSALportrait.jpg Les Docks de Paris, le Port de Saint-Nazaire, Le Musée du Quai Branly et bientôt le Louvre d’Abu Dhabi, tout le monde connaît Yann Kersalé. Sorte d’éclaireur de génie, il intervient depuis près de 40 ans sur l’espace urbain et architectural en tant que chercheur de lumière. Il travaille la nuit, redessine les friches et les ouvrages d’art, reconstruit les grandes architectures, remodèle nos horizons. Fidèle à ces racines bretonnes il contredit ses commanditaire en leur apportant un supplément d’âme, un supplément de visibilité et d’extraordinaire. Chose rare, Kersalé expose et donne à voire ses expériences nocturnes en plein jour dans l’Espace Fondation EDF.

Lire la suite...

lundi 5 décembre 2011

LE SYSTEME FLEISCHER

Let’s dance "Le Fresnoy présente les films de jazz de la Cinémathèque de la Danse", Jusqu’au 31 décembre 2011 au Fresnoy studio national des arts contemporains 50202 Tourcoing LET_SExpo0.jpgLET_SStores.jpgLET_SImage.jpg Let’s dance, est une étrange exposition. Elle expose de la danse, des images de danse, les premières images de jazz danse et du très jeune cinématographe. Lorsque la Cinémathèque de la Danse propose au Fresnoy Studio National de créer un événement autour de ces archives, son directeur, l’artiste Alain Fleischer, s’en empare aussitôt et imagine redonner une nouvelle jeunesse à CE cinématographe qui aujourd’hui est au carrefour de ces mutations numériques et sociétales. Alain Fleischer est un grand artiste. Cinéaste, photographe, plasticien, écrivain, pédagogue, il dirige une école supérieure d’art, une école particulière qui ouvre le monde des arts au public avec un cinéma (annexe de la Cinémathèque Française) et un lieu d’exposition qui montre de grandes choses. La dernière exposition est mise en scène par Fleicher, est une véritable œuvre de Fleischer , et c’est l’occasion pour nous de rencontrer ce diable d’homme. LetsFleischerFixe.jpg Entre l’image fixe et la narration, entre l’écrit et l’image en mouvement, Fleischer manipule le sens de l’image et l’essence des mots. Comme en 2005 au Grand Palais (avec Dans La Nuit des Images) Fleischer nous propose une immersion totale ou le concept du mouvement, du noir et blanc et du cinéma est totalement revisité à travers une expérience de cinéma contemporain. L’occasion de rencontrer Alain Fleischer dans son Fresnoy, dans son cinéma et dans ses images et de l’écouter s’expliquer avec ses mots sur le Système Fleischer, des images et des écrans qui bougent une belle idée pour une incroyable exposition Let’s dance !

La revue – Alain Fleischer est cinéaste, vidéaste, plasticien, photographe, écrivain, directeur d’école d’art… un homme complet, mais comment Alain Fleischer se qualifie t- il ?

LetsFleicherProf.jpg

Alain Fleischer – je suis un créateur pluridisciplinaire. Mais attention, pas transdisciplinaire ! Parce que dans chaque discipline je cherche une identité singulière avec laquelle je sois en étroit dialogue. Quant je fais un film, je ne suis plus que cinéaste. Quand j’écris un livre, je ne suis plus qu’écrivain. Et je détesterai qu’on me perçoive comme un écrivain qui fait des photos, ou comme un photographe qui fait des films. Je suis quelqu’un qui n’a renoncé à RIEN ! Gamin, j'étais passionné par les images mais aussi par les mots. J’écrivais des petits poèmes, qui aujourd'hui ne seraient même pas "regardables". Par contre je faisais des photos que j'ai revu récemment et qui, elles, sont par contre très regardables ! J'ai continué, et j'ai refusé de me spécialiser dans l'une ou l'autre de ces pratiques. D'ailleurs d’une certaine façon, je le paie ! Parce qu'il est plus facile de se faire connaitre en se concentrant sur une discipline.... Lorsque j'ai fait beaucoup de films, j'avais devant moi une carrière de cinéaste plutôt prometteuse ! Mais je n'ai pas voulu résister à l'envie de faire aussi des expositions, des installations.... de la photographie, etc ... Et puis, plus tardivement, de réaliser un projet qui est en fait mon projet premier, celui d'écrire des livres, des romans, des essais....

Lire la suite...

jeudi 10 novembre 2011

Paris parie sur la photographie

Photoquai, Exposition de photos à ciel ouvert, jusqu’au 11 novembre, Quai Branly 75007

Massimo Berruti jusqu’au 03 Décembre, Ecole nationale supérieure des Beaux-Arts de Paris, Chapelle des Petits Augustins 14, rue Bonaparte 75006

Topographies de Guerre jusqu’au 18 décembre au BAL 75018

Paris Photo jusqu’au 13 novembre au Grand Palais 75008

4 expositions, 4 images au milieu de la multitude d’événements photographiques qui fleurissent l’automne à Paris. Chaque année avec Paris Photo, tous les 2 ans avec Le mois de la photo ou Photoquai… mais avec toujours plus de photographes, d’amateurs et de collectionneurs de clichés en ébullition. OLYMPUS DIGITAL CAMERA MassimoExpo2.jpgTopoAe_rienne.jpgParisPhotoTitre.jpg Depuis un mois le Musée du Quai Branly propose aux promeneurs des quais de seine une biennale à ciel ouvert. Une exposition en plein air qui est en train de devenir une véritable institution c'est Photoquai. Il est italien et lauréat de la seconde édition du Prix Carmignac Gestion du Photojournalisme. Son terrain de jeu le Pakistan et ses montagnes et une vallée abandonnée de tous, la vallée de SWAT c'est le jeune Massimo Berruti. Topographies de guerre est une exposition étrange et comme un manifeste à la Jouannais observe les séquelles de la folie des hommes : c'est beau la guerre. Et si vous avez du mal à choisir… il reste Paris Photo !

Développements (en 1000 mots) en IMAGES

Lire la suite...

vendredi 21 octobre 2011

Le grand Marché… du grand art !

Fiac, Show OFF, Slick, etc, etc, etc c’est des Quais au Jardin des plantes, du palais de Tokyo au Prand palais, des Tuileries aux galeries parisiennes, et jusqu’au net … que Paris fête l’art jusqu’au 23 Octobre, et plus si affinité… car, après cette semaine de folie on peut imaginer que dans la conjoncture le grand marché va continuer. FIAC.jpg Paris est une fête pour la création contemporaine l’espace d’une petite semaine où tout le petit milieu de l’art est sur le pont. Mais si trop de marché peut tuer le Marché, trop d’art tue l’Art. Enfin comment peut-on aller à la rencontre d’autant de créateurs en si peu de temps !?? En effet devant la foultitude des œuvres à vendre on s’aperçoit vite que cet « art shopping festival » est un peu décalé face au travail de chacun de ces artistes, artisans d’une création vitale. Artistes qui se retrouvent obligés de parader devant leurs acheteurs potentiels. VRP en représentations devant les VIP et la presse qui accourent sur cette grande foire. Artistes en compétition directe, vendus presque à la crié dans ce gigantesque marché couvert que devient le Grand Palais l’espace d’une semaine. « Il faut battre des records ! », « attirer l’argent », « profiter du malaise des bourses et de la stagnation de la pierre ! … ». ll faut vendre l’art « comme valeur refuge ».SLICK.jpg Cet Art, refuge des grands explorateurs atypiques et singulier de notre société mondialisé, devient aujourd’hui plus que jamais la valeur refuge du grand capital en plein désarroi. C’est dans l’ai de la FIAC. On se bouscule, c’est le grand déballage. On n’est plus collectionneur, mais investisseur. On n’est plus amateur d’art, mais spéculateur d’art. On n’est plus aventurier de l’art mais actionnaire d’une œuvre et on parie sur des artistes comme sur des chevaux de course.

Lire la suite...

mercredi 14 septembre 2011

Les Nouveaux Cabinets des nouvelles curiosités.

L’art de vivre avec l’Art, jusqu’au 22 Septembre dans les salon d’Artcurial… une curiosité pour s’immerger dans la déco néo-baroque contemporaine. OLYMPUS DIGITAL CAMERA

« L’art c’est la vie ! » disait Fluxus, cet événement mené par la Galerie de la maison de vente aux enchères Artcurial (Première maison de vente aux enchères française qui appartient au Groupe Dassault) est Exemplaire, elle nous montre comment vivre avec l’art, dans l’art le luxe et la volupté. Mais elle est surtout symptomatique d’une généralisation de l’état d’esprit des collectionneurs d’art contemporain de ces trente dernières années. On achète moins pour collectionner que pour décorer son intérieur. OLYMPUS DIGITAL CAMERA ArtCuViolaLarge.jpgOLYMPUS DIGITAL CAMERA OLYMPUS DIGITAL CAMERA Il faut en mettre plein la vue à ses amis et relations, il faut se concocter un environnement à la hauteur d’une œuvre d’art. Alors tels des décors de cinéma, 12 « décorateurs stars » vont créer des univers oniriques, sortes de cabinets de curiosités éphémères.

Lire la suite...

samedi 3 septembre 2011

Frédérique ? Lucien ? et les Autres !…

Introspective, Frédérique Lucien au Musée Zadkine jusqu’au 4 Septembre 2011 à Paris.

Frédérique Lucien est une artiste hors du commun et son exposition « introspective » au Musée Zadkin propose une vraie rencontre de deux mondes : celui de Frédérique Lucien jeune cinquantenaire plasticienne, dessinatrice et sculpteur, avec celui du maître de la sculpture du 20ième siècle Ossip Zadkin. OLYMPUS DIGITAL CAMERA Ce qui frappe, lorsque l’on pénètre le musée atelier de Ossip Zadkin au cœur de Montparnasse, c’est comment l’œuvre d’une artiste du 21ième siècle peut rentrer en totale résonnance avec celle d’un sculpteur russe (1890-1967) installé à Paris depuis les années 1910. Et cette « introspective » de Frédérique Lucien devient une vraie fête où le musée et sa collection permanente à la gloire de Zadkin révèlent « l’évolution sensible du vocabulaire des formes de l’artiste (Frédérique Lucien) vers d’infinies ouvertures. Le (son) dessin de la ligne – dans ses va-et-vient vers la forme et le volume – conduit en permanence sa démarche, tout comme son rapport à l’espace et au temps, fait partie intégrale de son processus de création ». OLYMPUS DIGITAL CAMERA OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Lire la suite...

Rodin aujourd’hui

L’invention de l’œuvre, Rodin et les ambassadeurs, Une Exposition du Musée Rodin jusqu’au 4 septembre 2011 à Paris Rodin est-il un des pères fondateur de l’art et de la sculpture contemporaine ?? Pour ceux qui en doutent, trois conservatrices du musée Rodin ont imaginé une exposition extra-temporelle. Aline Mangnien, Noëlle Chabert et Amélie Lavin on joué avec le temps de l’art et démontré une fois de plus cette paternité par à de surprenants face à face : celui d’une trentaine d’œuvres contemporaines (ou postérieur à 1945) avec une centaine de sculptures d’Auguste. OLYMPUS DIGITAL CAMERA Voir Rodin avec Beuys, Rodin avec Brancusi, Rodin avec Twombly, Rodin avec Giacometti, Rodin avec Dubuffet, Rodin avec Fontana, Arp, Caro, Duchamp, Broodthaers, Fautrier, Serra ou De Kooning semblait évident, mais avec Douglas Gordon, Ugo Rondinonne, Urs Fischer, Bruce Nauman, ou Sophie Ristelhueber, c’est une autre histoire. Une histoire surprenante que nous raconte cette exposition où se télescopent artistiquement les œuvres du Musée Rodin et du centre Georges Pompidou… un beau voyage ! OLYMPUS DIGITAL CAMERA OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Lire la suite...

jeudi 28 juillet 2011

Pourquoi j’ai acheté le profil Facebook de Marcel Duchamp…

Ce jeudi 28 Juillet 2011, Marcel Duchamp aurait eu 124 ans !… __Père d’une œuvre immortelle Duchamp revient aujourd’hui sur le web et le marché de l’art virtuel. Au siècle dernier (le 2àième) il y a eu deux autoroutes artistiques, s’accordent à dire artistes et historiens, deux tornades qui écrasèrent les velléités de beaucoup de créateurs ; elles ont pour noms : Matisse/Picasso et Man Ray/Duchamp.__ 263910_10150235497619544_538654543_7194946_2481764_n-1.jpg Dans la course conjoncturelle de la création contemporaine et d’un marché de l’art mondialisé, une chose est certaine : ce sont les pas du créateur du « ready made » et de l’art conceptuel, Marcel Duchamp, qui mènent le monde de l’art d’aujourd’hui. Et lorsque l’on observe les jeunes artistes qui scrutent les mutations de leurs temps et les technologies nouvelles qui les engagent, on constate que le conceptuel reste le maître étalon. Qu’ils travaillent sur les réalités virtuelles, l’interactivité, le web ou l’immersion physique des spectateurs dans leurs univers, ou sur le dernier espace public abordés par beaucoup d'artistes : celui des réseaux sociaux, les créateurs de ce début de 21ième siècle se retrouvent tous face au problème du marché. Comment vendre du virtuel ? Comment contraindre à son art le hard et le soft dans le temps du collectionneur ? En deux mots, comment assurer la maintenance de ces œuvres complexes car vivantes (en constante transformation) ?

Dans ce paysage, Thomas Cheneseau (jeune artiste français) n’est peut-être pas un pionnier, mais fait figure d’éclaireur. Depuis plus de 3 ans, il sillonne les réseaux sociaux avec une certaine sagacité, car outre son travail avec l’artiste Systaime, ou sa présence à la Fiac 2010 (lafiac.com), il est aujourd'hui montré à Venise (Pavillon Internet de la fameuse Biennale). Ce jeune poitevin, manipule les réseaux sociaux à des fins artistiques et vient de mettre en vente le profil Facebook de Marcel Duchamp, son Maître. Car qui mieux que Duchamp interrogea la virtualité d’un art réduit à la plus simple expression : LE CONCEPT

Lire la suite...

lundi 23 mai 2011

Desgrandchamps en peinture

Marc Desgrandchamps Exposition Monographique au Musée d’art Moderne de la Ville de Paris jusqu’au 4 septembre 2011

Derniers jours pour se rassasier d’une œuvre picturale aussi créative que novatrice. La peinture de Marc Desgrandchamps va vous faire aimer la peinture contemporaine. OLYMPUS DIGITAL CAMERA OLYMPUS DIGITAL CAMERA Cette exposition monographique nous propose depuis mi mai dans les salles du Musée d’Art Moderne de la Ville de Paris, une vision kaléidoscopique sur « un peintre majeur de la scène contemporaine française ». C’est ainsi une longue déambulation que nous proposent Fabrice Hergott (le directeur du musée) et Julia Garimorth (la commissaire de l’exposition) : plus de quarante œuvres peintes grands format ainsi qu’une sélection de pièces sur papier qui retracent le parcours pictural de cet artistes ; des gouaches, des dessins, des lavis, des lithographies et surtout des collages qui nous donnent les véritables clés pour entrer dans une œuvre qui se construisit dès les années quatre-vingt jusqu’à devenir incontournable.

Lire la suite...

Moben Art

Out of the Dump, Centre des Arts, Quarxs, dessins et videos, Médiathèque Georges Sand, 2 expositions de Maurice Benayoun jusqu’au 3 juillet 2011 à Enghien-les-bains près de Paris. couvOpenArt.jpg new_Couv-Dump2:Mise en page 1 Monographie Maurice Benayoun 30€ nouvelles éditions SCALA The-Dump, 207 hypothèses pour un passage à l'Act 26€ FyP éditions

Maurice Benayoun est un touche à tout qui a la spécificité de travailler avec les nouvelles technologies. Qu’il soit réalisateur, metteur en scène, scénographe, créateur d’événements, écrivain, graphiste, concepteur d’expositions, de sites internet ou de jeux, collaborateurs d’architectes ou simple artiste, Benayoun est plasticien et son art est Open. Car cet artiste français est l’un des rares explorateur des nouvelles technologies à poursuivre une vraie carrière internationale ainsi qu’une collaboration perpétuelle avec des chercheurs d’horizons très différents (architectes, universitaires, laboratoires, informaticiens, développeurs, musiciens et scientifiques de tous poils) signant par cela un art transdisciplinaire et interactif dont la vraie matière est l’humain. logoQuarxs.JPG Par ces deux expositions à Enghien les bains il propose à la fois à la Médiathèque Georges Sand son travail le plus ancien : la série les Quarxs, réalisée en images de synthèse 3D HD pour Canal plus en 1990, et son œuvre in progress The Dump.net, blog de concepts virtuels qu’il alimente chaque jour et dont le Centre d’Art propose des réalisations factuelles. Et des Quarxs au Dump, il signe un “open art” accessible à tous.

whitecubeFlacon.jpg Pour observer cet art nouveau (qui n’est pas si nouveau que ça, mais rarement effectué de cette façon… on peut d’ailleurs citer l’ouvrage Œuvres du regretté Edouard Levé). Il faut partir d’aujourd’hui de ces expositions et de la Publication de la première monographie de cet artiste “Open Art 1980-2010” et faire un grand retour écart.

Lire la suite...

Dans le ventre de l'art…

Leviathan, Anish Kapoor, Monumenta 2011, jusqu'au 23 juin 2011, c’est à Paris et au Grand Palais. OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Monumenta vous connaissez ? C’est un événement artistique contemporain, Parisien et Français qui utilise l’écrin de verre et d’acier du Grand Palais et auquel le Ministère donne tous les moyens pour un rayonnement maximum. Anish Kapoor vous connaissez ? C’est un artiste international Anglo-Indien (Turner Prize 1991). Cinquantenaire, Kapoor a une oeuvre qui fonctionne sur trois concepts : 1) la couleur et le monochrome, 2) le corps originaire, 3) la peau de l’objet. Anish Kapoor va prochainement travailler sur l'oeuvre phare des prochains Jeux Olympiques de Londres. Aurel2.jpgOLYMPUS DIGITAL CAMERA Maintenant, entrons dans Monumenta 2011. Pénétrons Leviathan, l’oeuvre monumentale de Kapoor qui épouse le Grand Palais. Tout d’abord un seul regret : ne pas entrer DANS l’oeuvre avant d’entrer dans Monumenta ! Je m’explique : Leviathan est une gigantesque “chaussette”, baleine échouée qui rentre en totale résonance avec la structure des trois halls du Grand Palais. Or, le visiteur est dirigé directement dans le grand palais afin qu’il mesure sa misérable carcasse à la monumentale sculpture caoutchoutée qui fait écho avec les 35m de haut et les 13000 m2 de cette architecture Art Nouveau.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA Alors c’est beau, c’est grand, c’est majestueux, c’est époustouflant, c’est grandiose, c’est lumineux, c’est monumental. On fait le tour de l’animal, on se confronte à sa carcasse qui absorbe et renvois admirablement la lumière de la nef et du dôme de ce fleuron de l’architecture française. Et tout ça est très beau, une belle structure dont les reflets de la structure sphérique n’est pas sans faire penser (le kitch en moins) les ballons baudruches pop de Jeff Koons, jusqu’à ce qu’on remarque que cette “chaussette” gonflée à un ventre pénétrable, visitable et accessible (en faisant une queue plus ou moins longue). Et là, un autre voyage commence…OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Lire la suite...

Fondation Cartier pour l’Art Premier

Vaudou, fondation cartier pour l'art contemporain, jusqu'au 25 septembre 2011 Paris

"En Afrique, il n'y a aucune mort naturelle ! " Entendue au détour d'une archive filmée sur un plateau tv, où Jacques Kerchache s’exprimait sur sa rencontre avec le Vaudou cette explication succincte résume à elle seule le mythe Vaudou selon Kerchache. . C’est celle d’un anthropologue, aventurier ethnique, qui nous livre sa fascination pour la simplicité des croyances africaines pour la magie Vaudou. Car on va parler d’art, mais aussi de Magie. OLYMPUS DIGITAL CAMERA Donc, si aucune mort n'est naturelle, toute disparition est due à l'autre : le voisin, le cousin, l'ethnie opposée, le sorcier vengeur, la frangine jalouse ou l'épouse inconsolable ! ... Voilà donc un mystère Vaudou et une exposition fascinante ! Car il est incroyable de se retrouver face à face avec ces statues Vaudou, face à ces vecteurs de mort encagés de verre dans les sous sols d’une Fondation Cartier pour l’Art Contemporain, qui met ses pas dans les traces de Kerchache, un Kerchache instigateur du Musée du Quai Branly, Kerchache grand ordonnateurs du Pavillon des Sessions qui ouvrit le Louvre aux Arts d'Afrique, Asie, d'Océanie et des Amériques, un Kerchache, porte parole infatigable "pour que les chefs d’œuvres du monde entier naissent libres et égaux..." un Kerchache malheureusement décédé avant l'heure et qui revient aujourd’hui d’entre les morts pour nous proposer de revivre avec lui son aventure au pays du Vaudou. OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Lire la suite...

mardi 22 mars 2011

Graveur des antipodes

Dennis Nona Entre ciel, terre et mer ou le mythe revisité jusqu’au 20 mai 2011 Ambassade d’australie Paris. OLYMPUS DIGITAL CAMERA OLYMPUS DIGITAL CAMERA En observant le travail de sculpture et de gravure de Dennis Nona, une seule question se pose : à partir de quel moment l'art ethnique est il une création contemporaine ? Bien sur tout art d'aujourd'hui qu'il soit artisanal, ethnique, urbain, brut ou institutionnel devrait porter cette appellation d'art contemporain. Pourtant de subtiles catégories sont tous les jours tracées pour faire de l'art traditionnel (qu'il soit ethnique ou artisanal) un sous art contemporain. C'est là que Dennis Nona transcende les frontières établies par le monde de l'art, donne un joyeux coup de pied dans les catégories établies et réussit le tour de force de porter ses racines aborigènes et maories du détroit de Torres au Panthéon des créations contemporaines de ce début de troisième millénaire. OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Lire la suite...

Piguet de Rouen

« Le Beau Est toujours Bizarre » CB (le FRAC Haute-Normandie donne une carte blanche à Philippe Piguet) jusqu'au 17 avril, FRAC Rouen. OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Le beau est toujours bizarre ! a dit Charles Beaudelaire, et Philippe Piguet nous le donne a vérifier.... A moins que ça ne soit le contraire ! En tous les cas, le choix et que les œuvres choisies dans le fond du FRAC Haute Normandie nous le démontrent une bonne fois pour toute : le bizarre est toujours beau !.... Et Jana Sterbak, Glen Baxter, Philippe Bazin, François Daireaux, Jean-Jacques Dumont, Joan Foncuberta, Charles Fréger, Olivier Leroi, Natacha Lesueur, Javier Pérez, Anne-Marie Schneider, Ji-Yeon Sung, Jeanne Suspuglas, ou Yves Trémorin (et j'en oublie quelques uns) le singularisent, en construisant ensemble cette démonstration. OLYMPUS DIGITAL CAMERA Sculpture dans une plume, goute d'eau a l'envers et en macro, photo de mode de bidasses, portraits d'aujourd'hui comme au 15e siècle et en photographie, peintures d'outre tombe, sculpture d'outre-formes, c'est tout l'art d'aujourd'hui que met en lumière cette sélection du FRAC Haute-Normandie. OLYMPUS DIGITAL CAMERA OLYMPUS DIGITAL CAMERA Bien sur, il faut rappeler que les FRAC (Fond Régional d'Art Contemporain) ont aujourd'hui 30 ans. Car si leurs 20 ans ont été fêtés avec tambours politiques et trompettes médiatiques... Les trois décennies de ces organismes régionaux voulus par la loi de décentralisation de 1981 ont pour mission de collectionner et de médiatiser ( diffusion et médiation) l'art d'aujourd'hui. A ce titre, le beau est toujours bizarre est exemplaire, car cette exposition ouvre un nouveau monde au public que ne manqueront pas de convier à ce voyage les médiateurs du frac de haute Normandie.

Lire la suite...

- page 2 de 10 -