__Peintre, truquiste, programmeur, vidéaste, montreur d’ombres, Nicolas Clauss est un artiste de son temps. Plasticien de l’aléatoire, la légende dit qu’“en 2000 Nicolas Clauss pose ses pinceaux pour pratiquer la vidéo et maitriser la programmation”. Or l’œuvre de ce jeune quinquagénaire est plus complexe qu’elle en a l’air et Agora, Endless Portraits ou Les traversants, ses dernières pièces, ont une genèse qui va puiser ses racines dans la peinture, la programmation, l’interactivité, le web, la matière, la vidéo mais surtout la sociologie et la psychologie, enrichit du parcours original d’un artiste pour qui le terrain d’expérimentation reste l’humain.__ Par Jean Jacques Gay