Si vous avez visité « un rocher tombe entre les arbres », première exposition personnelle de Marielle Paul qui s’est terminé le 28 avril à Paris, le galeriste vous a certainement demandé si vous êtes de Vannes… Non pas que les visiteurs manquaient, mais parce que la terre d’adoption de cette jeune peintre lyonnaise, la Bretagne, est fidèle à ses artistes et a défilé à la galerie Jean Brolly, reconnaissante à Marielle de ses paysages. Bien que loin des panoramas celtiques, les gouaches sur papier de Marielle Paul ne s’approche d’une réalité que pour exprimer du merveilleux sans références mais un monde magique qui relève à la fois du rêve et du croquis des découvreurs des nouveaux mondes. MPaul.jpg Des gouaches dont les circonvolutions et les couleurs nous entraînent dans une plastique onirique et organique propre aux « trip » des années 70 (on pensera aux pochettes de groupes comme Yes ou les Rolling Stones) mais qui ici le trait échappent à la ligne claire pour rattraper les figures des aquarellistes paysagés. Seul bémol, l’encadrement sous-verre, dont les reflets nous ramènent sans cesse la réalité de l’espace d’exposition, et de fait,nous masque l’univers de l’artiste : un monde unique plus accessible sur catalogue… Il faudra y penser !