la revue // l'art revu

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

lundi 18 janvier 2016

Prosopopées…

Prosopopée : quand les objets prennent vie… jusqu’au 31 janvier 2016 au 104 paris, renseignements

Version 2Exosquelet_-_1.jpg Cet hiver, Arcady et le CentQuatre proposent au Cent Quatre Paris, en point d’orgue de la Biennale Des Arts Numériques d'Arcady Némo 2015, une grande exposition spectacle d’art(s) et de technologie(s) nommée Prosopopées Et, quand les objets prennent vie, s'étonne t'on encore ? Version 2

Lire la suite...

Le temps et la rage de l'artiste… 1 X 4 Exposition(s) ŒUVRE.

__Depuis les premières expérimentations performatives artistiques le temps a montré qu'il était non seulement est le médium, mais meilleur axiome de la création vidéo. De William Wegman à Nam June Païk… tous les performers des années 70 y reconnurent le miroir électronique pour modeler les aventures de leur corps, et ont par deçà construit des pans entiers de l'histoire de l'art en général et de l'art vidéo d'il est adoubé par le marché de l'art. A3D_-_1.jpgVersion 2 Dans ce paysage, la plasticienne française ORLAN est une de ces icônes vivantes. Elle propose aujourd'hui une exposition multiple de son œuvre vidéo. Une exposition "sur clé USB" capable de voyager aux 4 coins du monde. La première de ces étapes vidéographique eut lieu cet été en France au centre d'art le LAIT (acronyme de Laboratoire Artistique International du Tarn) d'Albi. Le voyage s'est ensuite poursuivi cet automne au CDA d'Enghein les Bains (près de Paris) avec une suite au Centre d'art contemporain BOLIT de Gérone en Catalogne puis au Sungkok Museum de Séoul en Corée du Sud.__

Retour sur une suite de monstration d'une seule EXPOSITION de lumière autour du monde et de l'histoire du corps star, du corps ORLAN où même le spectateur devient performeur.... et se prend au jeu (vidéo et en vidéo) de l'art contemporain.

Lire la suite...

jeudi 8 mai 2014

De la Vanité Vidéo au Jeu Vidéo ! Entretien avec Bill Viola.

Exposition Bill Viola, au Grand Palais à Paris jusqu'au 21 juillet 2014. Une rétrospective organisée par la Réunion des Musées Nationaux et le Studio Bill Viola. Portraits : Jean François Robert. BVPortrait3.jpgBVPortrait4.jpgBVPortrait2.jpgBVPortrait1.jpg

__Qui est Bill Viola ? Premier vidéaste élu membre de la Nationale Accademy of New York ? Premier artiste des nouveaux médias a accrocher une œuvre vidéo (Self Portrait, Submerged 2014) dans la légendaire collection d'autoportraits du couloir Vasari des Offices de Florence ? Bill Viola est un sexagénaire américain qui depuis plus d'un demi siècle regarde la mort en face.__

Jeune artiste new-yorkais élevé dans les années 70 à la Kitchen d'Andy Warhol et de Steina et Woody Vasulka, aujourd'hui installé en Californie, ce grand mystique est à la fois un technicien avisé de l'image et du son et un éminent érudit. Il se réfère à la fois au poète islamique du 13ème siècle Rumi, au bouddhiste zen du 18ème Ryokan, au mystique espagnol du 16ème siècle Saint Jean de la Croix et au philosophe de 3ème siècle Plotin. Sans oublier que le maître zen Daien Tanaka est son "héros". Plus que la vidéo, la matière de prédilection de Bill Viola est le temps, celui qui passe et qui gère l'humanité. De fait son obsession est la vie. La vie avant la vie, pendant la vie et après la vie ; La vie en vidéo. Si vidéo veut dire "je vois" c'est avec cette vidéo que Viola regarde notre monde et façonne depuis presque cinquante ans une oeuvre de films, de sculptures et d'installations à vivre. Avant de parler et de filmer, Bill Viola commence toujours ses journées en écrivant chaque matin. Alors, derrière chacune de ses œuvres il y a ce journal de plus de 40 tomes… certain de 1973 à 1994 ont déjà été édités. Car Viola recherche toujours de nouvelles façons de nous faire voir ce que nous n'avons pas vu. Dernière expérience, un jeu vidéo en préparation : The Night Journey. Mais qui est Bill Viola ?

Lire la suite...

jeudi 5 septembre 2013

Mueck, moins vrai que nature.

'' Ron Mueck Fondation Cartier pour l'art contemporain, Paris jusqu'au 29 septembre.'' MueckTitre.jpg Après la découverte exceptionnel que fut, en 2005, la première exposition parisienne de l’australien Ron Mueck à la Fondation Cartier. 8 ans plus tard la seconde se devait d'être l’événement de l’année. Or, cette nouvelle immersion dans le monde Gulliveriste de Mueck, laisse un gout de déception. En 2005 In Bed, cette femme géante au chevet de laquelle le public se pressait, était comme notre grands mère malade, un souvenir d'enfance. Le vieillard nu dont la texture de la peau plus vraie que nature était un phénomène de foire. Et la magie d’Alice fonctionnait. MueckGeanteFagots.jpg En 2013, même si le talent de ce sculpteur londonien est intacte, force est de constater que le choix de ses sujets et leurs mise en scène reste primordiale pour que la magie de mueck opère. C'est à ce prix que le gulliverisme de Mueck agisse. Mais rassurez vous l’art de Mueck reste malgré toute une merveilleuse expérience.

Lire la suite...

Sous le plus grand chapiteau du monde.

Nouvelles Vagues Palais de Tokyo Paris jusqu'au 09 Septembre 2013. Voici une exposition à tiroirs qui se termine très bientôt. Ce n'est pas une curiosité, mais elle mérite le détour par ses excès de générosité et ses fausses notes répétées. NouvelleVagueTapis_Livre.jpg D'abord, on peut imagine naïvement qu'un lieu d'exposition ouvre ses portes à un ou deux curators indépendants qui choisissent à leur tour un ou deux artistes pour nous raconter une œuvre ou mettre en perspective des pratiques croisées. Or, ici ce n'est pas exactement le cas. Le Palais (nous appellerons comme ça le Palais de Tokyo) est au dessus de ça ! Alors il invite une nuée de jeunes commissaires qui a leur tour exposent (on pourrait dire explosent)une nuée de jeunes (?) artistes... Ce qui transforme le Palais en un jardin extraordinaires, un jardin plein de jeunes pousses, mais sans jardinier... un jardin d'enfants. En deux mots, c'est le grand cirque.

Lire la suite...

mardi 23 avril 2013

Keith Haring : Mariage pour tous !

The Political Line Rétrospective Keith Haring au ''Musée d'Art Moderne de la Ville de Paris'' et au Centquatre, jusqu'au 18 Aout 2013.

Comment imaginer que l'œuvre exposée ce printemps à Paris celle d'un artiste si jeune et depuis si longtemps disparu ? Keith Haring, ça pourrait déjà être de l'histoire ancienne. Il nous a quitté à l'age de 32 ans, c'était au siècle dernier. HaringCarton.jpg Victime du SIDA, il nous a pourtant légué un travail si novateur qu'on 'imagine sans mal comment cet art aurait tenu sa place aujourd'hui. Comment il aurait pu s'emparer des nouveaux medias et de cet espace public fou, spéculatif, interactif, underground et transversal qu'est internet. Comment il aurait pu changer singulièrement l'art et notre façon d'appréhender la vie.... Mais tout ça n'est que spéculations, et il nous aujourd'hui reste cette exposition a deux versants, œuvre testamentaires qui nous montre la voie. Une œuvre qui fait exemple… HaringTETE.jpg HaringTITRE.jpg Car la "peinture" de Keith Haring arrive toujours à marier les extrêmes. Qu'il intervienne dans la rue, dans le métro, dans les galeries, dans les musées, l'art de Haring apprivoise notre œil. Ce travail obsessionnel, du croquis de bittes au graphisme organique, les formes simples du trait de l'artiste fait sens dans une société du signe... tel un geste politique unique.

Lire la suite...

mardi 9 avril 2013

De la "petite mort" à la mort photographique d'Antoine d'Agata.

Anticorps rétrospective d'Antoine d'Agata, au BAL jusqu'au 14 avril 2013 à Paris. ADAdebut.jpgADAcontacts.jpg

Il faut d'urgence se précipiter au BAL pour plonger dans l'œuvre mortifère d'Agata, un hymne à la vie. la première fois que j'ai rencontré l'œuvre d'Antoine d'Agat, c'était avec Vortex (un film en diaporama) il y a une dizaine d'années et la dérive morbide que l'on sentait, l'expérience dans la chaire de ce photographe était telle que certain de ses confrères ne voulaient pas partager des tables rondes avec d'Agata. Le sexe et la drogue semblent être les seuls crédos de ce jeune photographe dont les noires immersions dans les no-man land de la lie de l'humanité nous mettent face à face avec notre part d'ombre, celle de voyeur et d'homme poursuivit par sa fin. ADAprotituees.jpg Comme l'esclave chargé de chuchoter à l'oreille des césars "n'oublie pas que tu es mortel", la photographie d'Antoine d'Agata nous renvoie sans cesse à cette fin, qu'elle soit physique ou sociétale au grée d'une mortelle randonnée du corps, des habitats et de l'histoire des peuples. D'Agata poursuivit une plongé personnelle et suicidaire jusqu'au boutiste qui construit un travail de photo journalisme pour l'agence VU tout autour du monde tout à fait singulier. Il revient aujourd'hui avec un constat foudroyant : face aux photos anthropométriques de prostituées et de drogués délinquants trouvés sur internet, face à ces visages ravagées par la vie… ses photos seront jamais à la hauteur de sa vision. Dernière exposition ? Pour un photographie prêt à s'engager dans la fiction du cinéma ? ADAexpovisit.jpg

Lire la suite...

mardi 26 mars 2013

Le médias est le bonhomme !

L'Homme Médias Numéro 1 - Fred Forest Centre Des Arts d'Enghien les Bains jusqu'au 31 mars 2013 Fred Forest, est certainement l'artiste qui illustre le plus profondément la pensée Mac Luhannienne "le médias est le médium !" Et ce que le spectateur peut voir à travers cette rétrospective c'est un Homme Médias Numéro 1 qui manipule les médias jusqu'à plus soif depuis plus de quarante ans. Portait_Fred_Forest.jpg En effet nous allons découvrir ou redécouvrir un artiste trop peu montré (souvent censuré ! dit il ) qui donne deux directions à une œuvre unique au monde. D'abord celle d'un art performatif hors normes (performance à laquelle il ajoute une troisième dimension, celle du temps des médias). Et puis une immersion dans le virtuel et les nouveaux médias pour lesquels il demeure à jamais un des grands pionniers.

Lire la suite...

samedi 22 décembre 2012

Tableaux pour une exposition(s)

Histoires de fantômes pour grandes personnes. Georges Didi-Huberman et Arno Gisinger - Le Fresnoy, Studio National d’Art Contemporain, jusqu’au 30 décembre 2012.

Le Fresnoy est un lieu étonnant. Et les expositions que propose cette École, Studio National des Arts Contemporains, sont toujours surprenantes. Histoires de fantômes pour grandes personnes la dernière exposition confiée au théoricien de l’art, philosophe et anthropologue Georges Didi-Huberman, avec la complicité du jeune photographe autrichien Arno Gisinger, en affolera plus d'un.

FantomeDispoangle.jpg

Non seulement parce qu’elle remet en cause l'objet Exposition en réunissant deux réflexions qui font œuvres. Mais parce qu’elle propose des objets artistiques totalement virtuels à travers deux points de vues, un théoriques et un artistiques qui se rejoignent sur trois espaces de monstration.

Fantomeimages_fosse1.jpg

Trois tableaux (au sens scénique du terme) qui nous immergent plus dans une pensée que dans une exposition telle que l’entendent galeries et musées. Voilà une exposition qui risque de faire date dans notre rapport à la vie des images qui nous entourent… et nous habitent.

Lire la suite...

dimanche 23 septembre 2012

Tunnels : la grande évasion !

Ça y est, le grand projet de Tunnels autour du monde de Maurice Benayoun (AKA Moben) est en route. BenTunTitre.png Depuis le 11 septembre entre la biennale de San José Zéro un (en Californie) et le Média City de Séoul. Tunnel virtuel, ce premier «des tunnels rhizomatiques», exploration icônographique et lien culurel est en marche… et les visiteurs de la biennale Zéro Un peuvent creuser dans la base de données des images de la Réunion des Musées Nationaux, à la rencontre de leurs homologues coréens… et vis versa. Tunnel_SpeHp.pngTun_Flo.png

Lire la suite...

mercredi 12 septembre 2012

Richter Peintre Objectif !

Gerhard Richter, Panorama, Centre Pompidou jusqu’au 26 septembre 2012

Vite, vite… pressez vous vite au centre Pompidou pour cette rétrospective du dernier des peintres classicistes (depuis la mort de Lucien Freud). Peintre Pompier ? Peinture Classique ? S’il sanctuarise sa peinture, Gerhard Richter est un peintre caméléon. Peintre touche à tout dont l’œuvre est d’une clarté sans failles. Artiste d’une génération pour laquelle la peinture s’effaçait devant les grands médias, où la représentation était l’affaire de la photographie et de l’abstraction, époque où l’art émergeant allait de la performance au conceptuel, Richter s’est arcbouté à son art, agrippé à son pinceau en gardant l’œil figuratif. RichAutoportrait.pngRich_Ema.png Devant la soif de capturer, d’imiter, de concurrencer les médias de ses contemporains et des postures conceptuelles de son époque Richter a trouvé sa place et demeure LE peintre contemporain des technologies de l'image qui l’ont accompagnées dans toute cette fin de 20ième siècle. En demeurant peintre, il a su proposer à son médium une rencontre avec la photographie, la vidéo (on n’oublie pas la télé), le polaroid, l’image numérique, sans parler des masse-médias. "J'aime l'insécurité permanente !" proclame cet enfant de la guerre. Le petit Gerhard à 13 ans dans Allemagne en ruine de 1945, des sympathisants nazis dans sa famille et un monde à reconstruire.

Lire la suite...

lamouroux marchand de sable…

Néguentropie, installations de Vincent Lamouroux jusqu'au 19 novembre 2012 Abbaye de Maubuisson Saint Ouen l'Aumône.

LamouEx4.jpg "Sous l'abbaye la plage !" C’est ainsi que l’on pourrait sous-titrer l’exposition Néguentropie du sculpteur français Vincent Lamouroux. Pour ceux qui connaissent le travail de cet élégant jeune plasticien, il reste évident que l'espace est plus important que l'objet. Néguentropie en est la preuve ! Et pourtant ! LamouEscargo1.jpgLamouEscago3.jpg La «néguentropie», ou l’entropie négative, est «un facteur d’organisation des systèmes physiques, sociaux et humains qui s’oppose à la tendance naturelle à la désorganisation». Notre ami projette ainsi sans vergogne sa sculpture comme une proposition anti-nature et sa désorganisation vivant. Pourtant il propose une reconstruction d’une phénomène naturel : une coquille d'escargot, et des sculptures de sable laissées au bon vouloir "naturel" des pas et des jeux des visiteurs. Quoi de plus naturel et de moins maitrisé ! Même si les 2 types de «sculptures» créés pour Maubuisson, proposent des modèles opposés d’organisations structurelles. La reconstitution en carton d’une gigantesque coquille d’escargot (forme naturelle) modélisée en 3D, a été reconstituée par l’artiste et ses assistants. Ce fossile géant dont la structure de fractales semble pousser les murs de l’abbaye, réagit comme les deux non-sculptures qui l’accompagne. Les 2 installations de sable qui envahissent l’abbaye jusqu’à en noyer ses salles sous des dunes minérales sont appelées à évoluer dans le temps des visites. De cette mer de sable, Lamouroux laisse immerger l’architecture cistercienne telle une apparition archéologique abandonnée au temps de l’histoire.

Lire la suite...

jeudi 10 mai 2012

Monumento

Daniel Buren Monumenta 2012 - Excentrique(s) Travail IN SITU au Grand Palais, jusqu’au 12 juin

Ce 09 mai 2012 a vu deux monuments se percuter dans une gerbe d’étincelles multicolores. De ce big-bang artistique est né Excentrique(s) travail in situe, une œuvre néo-pop qui joue avec notre regard de curieux et le temps (à tous les sens du terme) qui passe. BurenSucetteVisiteurs.jpg Mais qui, que sont ces deux monuments ? Le premier trône sur les Champs Élysées. C’est une cathédrale de verre qui affiche tous les records en mères carrés poutrelles, boulons et verre. Un écrin architectural qui est depuis 2007 le décors de Monumenta. L’autre est le trésor vivant incontestable de notre patrimoine artistique hexagonal : Daniel Buren, artiste invité de cette cinquième Monumenta. Le B de BMPT, mouvement qui révolutionna l’art des années 75/80 par son minimalisme conceptuel, le Buren vilipendé par la bourgeoisie des années 80 pour avoir « défiguré les jardins du Palais Royal » avec SES colonnes, est devenu un artiste du pouvoir. BurenTitreMediateur.jpg Et bien sur, rien d’étonnant dans cette collision, et ce qu’il en résulte, Buren nous a démontré tout au long d’une carrière surprenante qu’il était LE magicien incontournable de l’espace, jouant avec ce qui construit toute spatialité : la lumière. Après plus de 40 ans de travail IN SITUE , que ça soit dans un parking ou au Guggenheim, à Beaubourg ou sur une place de village provençal, la magie Buren transfigure les espaces. Buren ré-architecture les lieux du quotidien et les transforme en œuvre d’art dont nous somme les maillons. BurenContreCVisiteurs.jpg

Lire la suite...

vendredi 4 mai 2012

Que Viva Mexico 2012

Resisting the present, Mexico 2000/2012 - Musée d’art Moderne de la ville de Paris / ARC jusqu’au 8 juillet 2012

Mexique_ExpoPLChaine.jpgMexique_FresquePublic.jpgMexique_ChauveSPLL.jpgMexique_MurExpo.jpg Cette exposition est certainement la plus stimulante du moment. Acte de résistance de 24 jeunes plasticiens mexicains cette exposition est un véritable manifeste. Résistance face à l’hégémonie culturelle occidentale en général et américaine en particulier. Résistance à un art marchand sans conviction sociales. Résistance d'un art populaire qui propose des stratégies artistiques novatrices. Car Resisting the présent est une proposition qui, comme le relève très justement Fabrice Hergott (le dynamique directeur du musée d’art moderne de la ville de paris), n’est pas « Résister dans le Présent de façon à faire un retour sur le passer, mais comme une garantie d’avenir… ».

Lire la suite...

Le Grand Bleu

Jan Fabre, les années de l’heure bleue (dessins et sculptures 1977/1992) - Musée d’art Moderne de Saint-Etienne Métropole jusqu’au 28 mai 2012.

FabreTitre.jpg Jan Fabre est un grand garçon. Jan Fabre est un grand artiste. Jan Fabre est un provocateurs et il a eu sa période bleue. Comme d’autres grands artistes… et notre Grand Artiste présente à Saint Etienne des très grand Dessin réalisés au bic… le stylo en plastic jetable du baron bic. Le stylo, le bic le médium d’une époque ! Ils sont nombreux à avoir utilisé cet outil impersonnel et populaire. Mais Fabre n’hésite pas, il va faire des gribouillis de téléphone, mais des gribouillis de géants, conférant à ces « dessins » un statut de presque monochrome ! nous sommes au cœurs des années 80… pour Fabre elles s’appelleront « les années de l’heure bleue »

Lire la suite...

Samuel Bianchini, Sculpteur d’usages et d’images

Opération Opération Jusqu’au 12 mai 2012, Ilian Engel Gallery, 77, rue des Archives 75003 BianchDAutantL.jpg Opération Opération joue à la fois sur le temps du geste de ses visiteurs-acteurs et le mouvement des images numériques mis en scène par l’artiste. Cette exposition de Samuel Bianchini au cœur du Marais (on se rappelle il y a si longtemps une précédentes exposition avec la défunte galerie Numéris Causa) présente 3 pièces historique de la jeune œuvre de Bianchini relookées pour l’occasion.

A l’œuvre depuis une quinzaine d’années Samuel Bianchini interroge dès ses débuts notre face à face contemporain avec les images. L’interaction, le jeu, l’installation et le tactile apparaissent très tôt dans ses différentes pièces. Enseignant chercheur dans des Écoles d’Art réputées (Nancy, ENSAD) et à l’Université, membre de laboratoires innovants (CITU – Université de Paris 8, Calhiste – Université de Valenciennes) Bianchini fait partie de cette nouvelle génération d’artistes qui déculpabilisent la théorie de leur pratique plastique à travers un travail collaboratif et inventif, une recherche universitaire et technologique, et de multiples parutions.

Lire la suite...

samedi 18 février 2012

Bianchini sur le Qui Vive !

Qui-vive Galerie Art & Essai Campus de l’Université de Rennes 2 Janvier Février 2012.

Artiste-chercheur français Samuel Bianchini poursuit ses expériences de spectateur à l’œuvre. Avec une curiosité des technologies et de l’esthétique relationnelle toujours plus grande il explore et interpelle nos sens.

En exposant à Rennes le résultat surprenant d’une originale collaboration avec deux départements Universitaires bretons, Bianchini surprend et façonne une œuvre sculpturale et vivante des plus intrigantes : Qui-vive. qui-vivePlanG.jpg qui-viveMov.jpg Car, si l’image, la projection et la confrontation active du spectateur à l’œuvre est une constante chez Bianchini, Qui-vive, arrive comme un ovni.

Lire la suite...

jeudi 12 janvier 2012

Fantasmes

Regards Croisés__ est une catégorie qui regroupe les points de vues critiques de différents rédacteurs sur une exposition précise. Aujourd'hui il s'agit de voir l'Homme Invisible de Mirka Lugosi exposition présentée jusqu'au 13 janvier au Confort Moderne de Poitiers par l’œil de Camille, Florianne, Juan et Valentin, 4 étudiants en second cycles de l'Ecole Européenne Supérieure de l'Image de Poitiers. l'homme invisible vu par Camille Bourrier.__ mirka-lugosi---confort-moderne-1.JPG

Lire la suite...

l'homme sans qualit …

Regards Croisé__ est une catégorie qui regroupe les points de vues critiques de différents rédacteurs sur une exposition précise. Aujourd'hui il s'agit de voir l'Homme Invisible de Mirka Lugosi exposition présentée jusqu'au 13 janvier au Confort Moderne de Poitiers par l’œil de Camille, Florianne, Juan et Valentin, 4 étudiants en second cycles de l'Ecole Européenne Supérieure de l'Image de Poitiers. l'homme invisible vu par Valentin Thiebaut.__ mirka-lugosi---confort-moderne-1.JPG

Lire la suite...

La Paratendrese de Mirka Lugosi

Regards Croisés__ est une catégorie qui regroupe les points de vues critiques de différents rédacteurs sur une exposition précise. Aujourd'hui il s'agit de voir l'Homme Invisible de Mirka Lugosi exposition présentée jusqu'au 13 janvier au Confort Moderne de Poitiers par l’œil de Camille, Florianne, Juan et Valentin, 4 étudiants en second cycles de l'Ecole Européenne Supérieure de l'Image de Poitiers. l'homme invisible vu par Juan David La Rota.__ La Paratendrese de Mirka Lugosi à la rencontre de la divinité, où para = auprès de, à côté de mirka-lugosi---confort-moderne-1.JPG

Lire la suite...

- page 1 de 10